Compter les pavés

rouler très doucement, non par envie, mais contraint et forcé, par manque de forme. Le coureur donne l’impression, tant son allure est faible, de compter les pavés. La formule s’applique quel que soit le terrain.

Posté dans la catégorie le cycliste, Le rouleur et tagué dans , .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *